LCA - Rupture du ligament croisé antérieur

Définition

Anatomie - Qu’est-ce que le ligament croisé antérieur?

Le ligament croisé antérieur (LCA) est un ligament qui se situe au centre du genou. Son rôle est de stabiliser le genou. Il joue un rôle très important dans les sports de pivot (football, hockey, basket, rugby, etc). Sans ligament, il existe de réels risques d’entorses à répétition lors de la pratique sportive. Ces entorses entrainent à terme des lésions des ménisques et du cartilage favorisant le développement de l’arthrose à terme. Par sa vascularisation particulière et son anatomie, une fois rompu, il ne guérit pas spontanément.

Le diagnostique se fait par l’examen clinique et à l’aide d’une résonance magnétique. Avant d’envisager toute intervention éventuelle de reconstruction, il est important de récupérer la fonction complète du genou raison pour laquelle de la kinésithérapie sera prescrite immédiatement après la consultation Cette kinésithérapie vise à préparer le genou en vue de l’intervention chirurgicale.

La chirurgie du LCA ne constitue pas une urgence chirurgicale. En effet opérer sur un genou Inflammatoire ou raide constitue une erreur et ralentit la revalidation postopératoire !

 

Qui doit être opéré ?

Tout patient jeune et sportif doivent reconstruire leur LCA afin de pouvoir pratiquer à nouveau leur sport sans risque d’entorse, et d’autres lésions (ménisque, cartilage). Les quadragénères peuvent opter pour un traitement conservateur de renforcement musculaire et de stabilisation. En cas d’ exigences sportives importantes ou d’instabilité, il faudra néanmoins envisager l’intervention.

La chirurgie

Le principe de cette intervention est de reconstruire le ligament à son emplacement anatomique exact, en utilisant un ou deux tendons prélevés sur l’opéré lui-même (autogreffe). Ce nouveau ligament est mis en place dans l’articulation par l’intermédiaire de deux petits tunnels osseux, au niveau du tibia et du fémur. Cette intervention se fait par arthroscopie (caméra et 2 petits orifices de 1 cm).

1. Le prélèvement comprend le tendon du demi-tendineux (tendon de l’arrière cuisse). Celui-ci est replié en 3 ou 4 (triple-quadruple loupes) pour former un ligament de substitution de 9 cm de long et 7-8 mm d’épaisseur. Si celui-ci est trop court, le prélèvement du droit interne (gracilis) est réalisé.

Quelles sont les conséquences du prélèvement des tendons du droit interne et du demi tendineux ?

Ces deux muscles ont un rôle de flexion de la jambe sur la cuisse, mais leur action est accessoire à côté de celle des autres muscles fléchisseurs. Aussi leur prélèvement n'a pas de conséquences sur la force de flexion à moyen terme.
Le prélèvement entraine des douleurs et un hématome à l’arrière de la cuisse comme dans un « claquage ».
Le prélèvement entraine une diminution de la sensation au toucher localisée en antéro-externe suite à une irritation d’une branche nerveuse du nerf Saphène inévitable. Cette perte de sensibilité récupère après 6 mois post opératoire
.

2. La création des tunnels osseux

Les tunnels permettent de faire passer la greffe à l’intérieur de l’articulation, pour la placer à l'endroit où était situé l’ancien ligament croisé antérieur. Il y a donc un tunnel tibial et un tunnel fémoral.

3. La fixation de la greffe

Il existe de nombreux systèmes différents, nous utilisons préférentiellement le système Endobutton ou Tight-Rope (plaquette de titane) sert de fixation au fémur. La partie du tendon au niveau du tibia est fixée via une vis d’interférence résorbable dans le tunnel +/- une vis supplémentaire en aval (fixation post).

L'hospitalisation

l faut compter une hospitalisation de 1 nuit (ou one day). Vous rentrez le matin de l’intervention à jeun (ne pas manger, ne pas boire à partir de minuit). La sortie prévue pour le lendemain (avant 11h) après un lever avec le kinésithérapeute et le changement de pansements permettant également un contrôle des plaies.
Il faut prévoir deux cannes béquille pour se déplacer et rentrer à domicile.


Vous sortez avec les papiers de sortie comprenant :

  •    la lettre de sortie

  •    les prescriptions d’antalgiques, AINS, et injection héparine (prévention phlébites)

  •    la prescription de kinésithérapie

  •    l’incapacité de travail-gymnastique-sport

  •    les papiers d’assurance éventuels

Post-opératoire

Nous vous encourageons à bien respecter ces consignes très simples : 

  •    Glaçage du genou 3x/j pendant 2 semaines et plus si nécessaire

  •    Antalgiques : Paracétamol 1g 4x/j + Ibuprofen 600 mg 3x/j. A prendre de manière quotidienne afin de diminuer le gonflement et d’aider à la récupération fonctionnelle.
    Un protecteur de l’estomac type Oméprazole sera prescrit. En cas de douleur à l’estomac, les AINS (Ibuprofen) devront être arrêtés afin d’éviter l’apparition d’une gastrite/ulcère à l’estomac.

  •    L’injection de Fraxiparine/Clexane en sous-cutané devra être effectuée pendant 10 jours en postopératoire afin d’éviter une phlébite du membre inférieur.

  •    Les soins de plaies : AUCUN soins de plaie au domicile sauf si le pansement est souillé ou sale. Vous enlevez le pansement initial, vous désinfectez avec de l’isobétadine dermique et vous remettez un nouveau pansement propre. Au moins on y touche au mieux c’est ! Le pansement sera refait et les fils ôtés lors de la première consultation de contrôle.

  •    Les douches et bains : essayer pour votre sécurité de ne pas mouiller votre genou. Ces plaies sont directement en contact avec l’articulation. Le risque est l’infection.

Complications

Trois évènements doivent vous faire revenir en urgence.

  • Douleur importante dans le mollet ne passant pas avec les simples antidouleurs : suspicion de phlébite. Il est nécessaire de faire une échographie-Doppler afin de confirmer le diagnostic et d’adapter le traitement en Fraxiparine/Clexane.

  • Fièvre (>38°C) : cette hausse de température peut être due à une résorption de l’hématome mais aussi à une infection par une bactérie (fréquence < 1%). En cas de suspicion d’infection,ne pas prendre d’antibiotique via le médecin traitant ! Les antibiotiques masquent la bactérie et nous empêchent de pouvoir cibler correctement notre antibiotique. Il est impératif d’être revu au plus vite ! 

  • Ecoulement important des plaies : hématome versus infection

La réeducation

Cette phase se compose de quatre objectifs :

  •    Lutter contre la douleur : médicaments et glaçage

  •    Retrouver la mobilité du genou : l’extension est la première chose à obtenir. Une fois récupérée, la boiterie disparaît.

  •    Stimuler la musculature de la cuisse

  •     Retrouver la marche : la remise en charge progressive sous couvert de 2 cannes-béquilles permettant une mobilité de 0° à 90° de flexion sera autorisée le lendemain de l’opération. L’abandon des béquilles se fera dès l’obtention d’un bon contrôle musculaire après 15 jours. Ceci donnera le temps de laisser dégonfler la jambe et le genou.

Une attelle de genou articulée sera mise après 2 semaines et elle sera portée encore 4 semaines.
L’abandon de l’attelle se fera à la fin de la 6ème semaine post-opératoire mais très progressivement. Dès la mise en place de l’attelle, l’abandon des béquilles sera autorisé. L’attelle permet d’éviter des micro-tiroirs antérieurs du tibia par rapport au fémur et ainsi une détente de la greffe.

Le port de l’attelle empêche la conduite automobile. En effet, vous n’êtes pas assurés en cas d’accident.

Pendant les six premières semaines, la kinésithérapie vise à retrouver la mobilité du genou, drainer les hématomes.
Ensuite le vélo et la natation sont autorisés. Cependant vous devez éviter la brasse !
Après 3 mois, fitness et diminution de la fréquence des sessions de kiné.
Après 4 mois, reprise de la course.
Après 6 mois reprise de la kinésithérapie et travail sur le pivot afin de préparer la reprise du sport à 7 ou 8 mois en fonction de l’évolution.

Consultation de contrôle

Arrêt de travail

Check-list avant

la sortie de la 

clinique

2 semaines : pour contrôle de la plaie et ablation des fils de suture. Prescription de l’attelle articulée
6 semaines : pour contrôle clinique et prescription de la kiné de renforcement
3 mois : pour contrôle clinique avant le reprise des activités sportives douces (courses à pied et natation)
6 mois pour autoriser à la reprise du sport.

  •   3-4 semaines sera prescrit pour les métiers de bureau

  •   6 semaines sera prescrit pour les métiers statiques

  •   3 mois sera prescrit pour les métiers de force.

  •   Lettre de sortie pour votre Médecin Traitant

  •   Prescriptions pour antalgiques & injections

  •   Prescription de kinésithérapie

  •   Incapacité de travail

  •   Papiers de votre Assurance Hospitalisation

 
 

©2020 par BOSI.